Skip links

Yann Vincent

Directeur Général

ACC (Automotive Cells Company), une jeune entreprise créée à l’été 2020, est animée d’une ambition forte que j’ai beaucoup de fierté à porter : contribuer à la transition énergétique en démocratisant l’accès à une mobilité électrique durable, respectueuse de l’environnement. Vaste programme !

Dans quel contexte évoluons-nous aujourd’hui ? Chacun s’accorde à dire que nous sommes engagés dans une profonde transition écologique et énergétique, dont l’un des principaux enjeux est la décarbonation du transport. Les politiques locales, nationales, voire internationales convergent toutes vers un point : l’adoption de normes toujours plus restrictives en matière de pollution et d’émission de CO2. Avec une conséquence majeure pour le secteur automobile… A savoir la disparition programmée de la technologie « thermique », à courte échéance. Et, ce faisant, l’essor du véhicule électrique.

Ce mouvement de fond, cette électrification à marche forcée, représente un immense défi pour la France comme pour l’Europe. La quasi-totalité de la chaine de valeur des batteries est à la main de l’Asie (Chine, Corée, Japon): extraction mais aussi raffinage des minerais, fabrication des composants, assemblage de ces composants… C’est forts de ce constat que nos deux actionnaires (Stellantis d’un côté, Saft/Total de l’autre), avec la bénédiction de l’Union Européenne, ont lancé ACC. L’objectif est clair : faire exister la France et l’Europe sur tous les segments de cette chaine de valeur des batteries électriques…

Il s’agit là d’une véritable « opération de rattrapage », dont l’enjeu principal n’est rien de moins que de parvenir à combler l’écart de marge entre les véhicules thermiques et les véhicules électriques. La batterie représente environ 40% du prix d’un véhicule électrique et ce dernier coûte plus cher qu’un véhicule thermique. À ce titre, implanter des sites de production de batteries en Europe présente l’avantage de permettre d’éviter des surcoûts logistiques importants, la très grande majorité des fabricants étant actuellement localisés en Asie (Chine, Corée, Japon). C’est aussi un moyen d’œuvrer pour une mobilité plus vertueuse, dans la mesure où la façon dont nous conduisons nos activités est alignée avec les valeurs de respect de l’environnement et de comportement éthique et responsable. Que ce soit pour notre politique d’approvisionnement, l’éco-conception de nos produits ou le management de nos usines, dans une perspective de long terme.

Aujourd’hui, ACC suit à la lettre sa feuille de route technologique et industrielle. Notre centre de Recherche et Développement, situé à proximité de Bordeaux, a commencé à produire ses premiers prototypes. Près de 200 ingénieurs et techniciens y travaillent. L’usine pilote de Nersac, près d’Angoulême, est en train de sortir de terre et démarrera son activité avant la fin de cette année. La construction de notre 1ère Gigafactory, une fois validée toutes les démarches et autorisations administratives nécessaires, sera lancée dès janvier 2022, peu de temps avant notre autre grand site de production de Kaiserslautern en Allemagne.

ACC est donc un projet très ambitieux, innovant à bien des égards. Les équipes que j’ai la chance de diriger sont très fières d’y travailler et se considèrent à juste titre comme les « pionnières » d’une incroyable aventure !

Return to top of page